YD Webdesign

Auto entrepreneur, les coulisses

Lorsqu’on débute en tant qu’auto entrepreneur,, la première étape est de s’immatriculer à l’urssaf.

L’inscription au site n’est heureusement pas si difficile. Et c’est ce qui rend ce projet réalisable et concret. Vous vous direz que c’est fait, il n’y a plus de retour en arrière désormais.

j'ai réussi


Vous savez que vous devrez travailler très dur, et cela peut parfois être difficile… Cela a été un grand changement émotionnel pour moi.

l’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur.

Comme tout projet, il y a d’abord l’excitation. Que ce soit pour l’achat d’une nouvelle maison, nouvelle décoration, mariage…  
Les idées affluent, le cerveau est en ébullition, une exaltation qui ne s’arrête jamais. 
Comme un enfant avec un nouveau jouet, mais une fois tout ça passé, il reste quoi ? 

L’auto entrepreneur et la solitude.

La solitude, premier obstacle auquel vous allez devoir faire face. 

Vous êtes en train de vous dire, mais pourquoi ? On a un conjoint(e), amis, collègues, blogueuses. Tellement de personnes à qui parler. Mais peu qui vous comprennent. Il ne faut pas oublier que créer une entreprise est un choix qui se fait en famille, la communication est essentielle.


Entre une entreprise qui demande un financement et un freelance qui a très peu de dépenses pour commencer les formalités sont différentes. 

Vous commencez votre voyage en solo et cela peut être intimidant. . Vous devez faire attention, car même une petite erreur peut retarder un projet.

Entre entrepreneuses , on se soutient, on se donne des astuces, on partage notre expertise.

Ça fait du bien, et ce serait mentir de dire le contraire. Mais il y a aussi beaucoup de travail.
Un conseil ne fait pas le job, et tous les conseils ne sont pas bons à prendre, je vous en parle dans quelques instants. 

Solitude du travail, quand vous travaillez sur vos produits, formations ou autre, il n’y pas de collègues pour partager à l’instant T. On est seul face à nos décisions. 

S’il y a un échec, et il y en aura certainement, c’est ça de débuter, tout va reposer sur nos épaules. 
Peu importe si vous avez quelqu’un pour vous réconforter et vous dire que tout va s’arranger et que vous pouvez compter sur lui, c’est votre échec. Il faut remonter en selle, ne pas se laisser abattre, se remotiver et ce n’est pas toujours évident.

La solitude de l’auto entrepreneur est propre à chacun, mais elle est là, elle est différente de celle qu’on peut rencontrer dans son quotidien et pourtant, paradoxe, elle peut aussi s’en rapprocher.

L’auto-entreprise et la peur.

On nous dit que la peur est nécessaire, c’est elle qui vous dit attention danger. 

Tout comme la solitude, cette peur-là est différente.  La peur de l’échec est constamment là, mais minimisée tant qu’on est dans la première phase, celle de l’excitation. 

On a peur et on se dit que c’est tout à fait normal. Mais au fur et à mesure que l’échéance arrive. 
Que les devoirs sont faits, le business plan établi, les personas ok, le questionnaire Google form aussi, le site monté, la pub commencée. Une fois qu’on est dans le dur, les doutes arrivent. 

On se demande si on va y arriver, dans quoi on s’est engagé. Des questions qui sont tout à fait légitimes.

 Après tout, c’est une réaction normale, oppressante et difficile à vivre, mais normal et je dirais même nécessaire. 

Tout comme la peur qui nous alerte en cas de danger, celle-ci devrait nous permettre à rester vigilant et se remettre en question si ça n’avance pas, voir ce qu’on peut corriger. Et non pas abandonner. 

Je suis salariée et ce que ça me donne moins de courage pour continuer, loin de là. 

Parce que finalement, mon travail est mon filet de sécurité. Mais ne serait-ce que pour mon ego et pour ceux qui m’ont soutenu, je ne vais pas abandonner au premier doute. 

Pour ceux qui n’ont pas cette roue de secours, c’est d’autant plus difficile d’affronter tout ça. 
Car en général tout est mis dans l’entreprise : énergie, temps, argent, vie.

Si moi, je me pose des questions, je vous laisse imaginer à quel point cela peut être difficile pour les autres. 

L’ auto entrepreneur et les conseils.

Je vous en parlais plus haut. 

Quand vous allez commencer à en parler, tout le monde va vouloir vous donner son avis. 
Tout le monde, j’exagère peut-être, mais je ne suis pas loin. 

J’ai des amis qui me soutiennent, me demandent comment ça va, si je tiens le coup. Et après tout, prendre de mes nouvelles, s’intéresser un minimum, c’est tout ce que je leur demande. 

Si je demande un avis sur telle ou telle photo, j’attends un oui ou non, pas une formation ou un débat.
Non, je ne suis pas ingrate, j’ai juste déjà fait le boulot en amont. 

Certes ce n’est pas fait méchamment, certains m’ont envoyé tous les livres et vidéos YouTube possible. 
La plupart étaient complètement hors sujet, pourquoi parce qu’ils m’ont lu ou écouté d’une oreille, ou ils ont lu le principal sans vraiment s’intéresser au projet. 

Donc impossible de savoir ce dont j’ai besoin, si tu ne sais pas exactement en quoi ça consiste.  
Et puis je ne suis pas bête, je vous rassure, j’ai fait un minimum de recherche avant de me lancer. 

J’ai une collègue qui me demande si j’avance, ou j’en suis, quand je lui dis que j’ai eu tel ou tel contact, elle est contente pour moi et en vérité, c’est tout ce dont j’ai besoin. 2 minutes d’écoute et de soutien. 

J’ai l’impression d’entendre ces personnes qui savent tout toujours mieux que les autres, et savent ce qui est bon pour toi. 

Ce n’est pas que tu es informaticien que tu sais monter un site. 
Ce n’est pas parce que tu as fait gestion, que tu t’y connais en micro entreprise, et j’en passe. 

Monter sa micro entreprise, une épreuve.

Je ne suis pas en train de vous décourager, je vous parle de mon expérience.

Aujourd’hui cela fait 3 ans. Est-ce que j’ai réussi mon pari ? Est-ce que tout est réussite ? Non, j’ai fait des erreurs, et même si sur le papier, je suis entrepreneuse depuis 3 ans, j’ai l’impression de l’être que depuis 1 an.

Le confinement est passé par là, ce qui m’a permis de me remettre en question, de revoir mes offres. De faire face à mes erreurs, de m’améliorer, d’aborder l’entrepreneuriat de façon différente et plus professionnelle.

On voit beaucoup d’articles sur la réussite, mais personne ne dit à quel point c’est dur et éprouvant. 


Comme pour tout, il faut beaucoup de patience et de travail. 

Vous allez respirer et vivre pour votre entreprise. Et limite vous sentir coupable au début quand vous allez prendre du temps pour vous. 

Et pourtant, c’est nécessaire, si vous ne voulez pas être dégoûté avant même de vous être lancé. 

Il y a tellement de choses à dire, tant l’aventure est aussi éprouvante qu’elle est excitante.

N’hésitez pas si vous avez des questions sur l’auto-entrepreneuriat

J’y répondrai dans un autre article.

Et merci à ceux qui me soutiennent et me supportent au quotidien. 

Etre auto entrepreneur est une aventure palpitante, mais c'est aussi les montagnes russes. Des sacrifices, des concessions pour une nouvelle vie.

partage

Posts similaires

3 réponses

  1. Bravo et merci pour ta sincérité, c’est toujours très agréable de lire des propos honnêtes et sans filtres. Je te souhaite de belles surprises et de bonnes nouvelles dans cette aventure. Tu as l’air si motivée et pleine d’idées alors je suis sûre que ça va aller. 🙂
    Et pour celles et ceux qui croient tout savoir, je te comprends parfaitement ahah… Il n’y a rien de plus exaspérant que quelqu’un qui donne sans cesse des conseils alors qu’on ne lui en a demandé aucun. ^^

    1. Merci, je suis du genre speed, pas la personne la plus patiente du monde, j’ai appris à l’être. À comprendre que les clients ne vont pas se bousculer au portillon de suite, et que c’est normal.
      J’ai écrit cet article parce qu’on lit toujours à quel point c’est super de monter sa micro entreprise, mais pas à quel point ça peut aussi être dur au début. Quant aux donneurs de leçons on ne va pas les changer. Merci pour tes encouragements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *